Le cycle économique et la bourse

Comment se comportent les marchés dans les différentes phases du cycle macro-économique:

Outre le cycle des stocks, il existe un cycle plus long, souvent d’une durée de 9 à 11 ans, appelé cycle économique. Le cycle économique représente les fluctuations du PIB par rapport à la croissance tendancielle à long terme. Un cycle économique typique comporte cinq phases : une Creux/reprise initiale, un début d’expansion, une expansion tardive/ Haut de cycle, un ralentissement et une récession.

EconomiePolitique monétaire et fiscaleConfianceMarchés de capitaux
Creux/reprise initiale.L’inflation continue de baisserPolitiques fiscales de stimulationLa confiance commence à rebondirLes taux courts sont bas ou en baisse ; les rendements obligataires atteignent un plancher ; les cours boursiers sont en forte hausse
Début d’expansionUne croissance économique saine ; l’inflation reste faible Accroître la confianceHausse des taux courts ; stabilité ou légère hausse des rendements obligataires ; tendance à la hausse des cours boursiers
Fin d’expansion/ Haut de cycleL’inflation reprend progressivementLa politique devient restrictiveUne mentalité de boomHausse des taux courts ; hausse des rendements obligataires ; plafonnement des actions, souvent volatiles
RalentissementL’inflation continue de s’accélérer ; la correction des stocks commence La confiance baisseLes taux d’intérêt à court terme atteignent un sommet ; les rendements des obligations plafonnent et commencent à baisser ; les actions diminuent
RécessionBaisse de la production ; pic de l’inflation Confiance faibleBaisse des taux courts ; baisse des rendements obligataires ; les actions atteignent un plancher puis commencent à remonter

Reprise initiale :

Il s’agit habituellement d’une courte phase de quelques mois au cours de laquelle l’économie se remet de son ralentissement ou de sa récession. En général, la confiance des entreprises augmente, bien que celle des consommateurs puisse encore être faible puisque le chômage est encore élevé. Dans la phase initiale de reprise, il y a souvent des politiques économiques stimulantes de la part du gouvernement sous la forme de taux d’intérêt plus bas ou d’un déficit budgétaire. La reprise du cycle économique est généralement soutenue par une remontée simultanée du cycle des stocks, qui est parfois la principale cause de la reprise. L’inflation continuera de baisser dans la phase initiale de reprise. L’écart de production est encore important.

Effets sur les marchés de capitaux :

Les rendements des obligations d’État pourraient continuer à baisser durant cette phase en prévision d’un nouveau recul de l’inflation, mais ils atteignent un plancher. Les marchés boursiers connaissent une forte hausse à ce stade, car les craintes d’une récession plus longue (ou même d’une dépression) se dissipent. Les actifs cycliques – et les actifs plus risqués, tels que les petites actions, les obligations de sociétés à rendement élevé et les actions et obligations des marchés émergents – attirent les investisseurs et affichent de bons résultats.

 Début de l’expansion :

Après la période initiale de reprise, la confiance est en hausse et l’économie prend un certain élan. C’est la période la plus saine du cycle, en un sens, car la croissance économique peut être robuste sans aucun signe de surchauffe ou de forte hausse de l’inflation. En général, la confiance s’accroît, les consommateurs étant prêts à emprunter et à dépenser davantage lorsque le chômage commence à diminuer. Parallèlement, les entreprises accumulent des stocks et intensifient leurs investissements face à la vigueur des ventes et à l’utilisation accrue des capacités. La hausse des niveaux d’exploitation permet à de nombreuses entreprises de bénéficier de coûts unitaires moins élevés, de sorte que les bénéfices augmentent rapidement.

Effets sur les marchés financiers :

Une question clé est de savoir combien de temps il faudra avant que l’inflation ne commence à poser problème. Les taux à court terme augmentent à ce moment, car la banque centrale commence à retirer les mesures de stimulation mises en place pendant la récession. Les rendements des obligations à long terme restent stables ou augmentent légèrement. Les actions continuent d’afficher une tendance à la hausse. Cette phase dure généralement au moins un an et souvent plusieurs années si la croissance n’est pas trop forte et que l’écart de production se referme lentement.

L’expansion tardive :

À ce stade du cycle, l’écart de production s’est refermé et l’économie risque de surchauffer. La confiance est élevée ; le chômage est faible. L’économie peut croître rapidement. L’inflation commence à augmenter, les salaires accélérent à mesure que les pénuries de main-d’œuvre se développent.

Effets sur le marché des capitaux :

Généralement, les taux d’intérêt augmentent à mesure que les autorités monétaires deviennent restrictives. Tout emprunt important exerce une pression sur les marchés du crédit. Les banques centrales peuvent viser un  » atterrissage en douceur « , c’est-à-dire une période de croissance plus lente pour refroidir l’économie, mais pas un ralentissement majeur. Les marchés obligataires observent ce comportement avec anxiété et les rendements obligataires augmentent généralement en raison de l’évolution des attentes. Les marchés boursiers sont souvent à la hausse, mais ils peuvent aussi être nerveux, selon la force du boom. Les investisseurs nerveux signifient que les actions sont volatiles.

Ralentissement :

À ce stade, l’économie ralentit, généralement sous l’effet de la hausse des taux d’intérêt. L’économie est particulièrement vulnérable à ce stade à un choc, qui peut transformer un  » atterrissage en douceur  » en une récession. La confiance des entreprises commence à vaciller. Malgré le ralentissement, l’inflation continue souvent d’augmenter. Le ralentissement est exacerbé par la correction des stocks, les entreprises essayant de réduire leurs niveaux de stocks. Cette phase peut durer quelques mois seulement, comme aux États-Unis en 2000, ou elle peut durer un an ou plus, comme aux États-Unis en 1989-1990 et en 2009-2011.

Effets sur les marchés financiers :

Les taux d’intérêt à court terme sont élevés et peuvent poursuivre leur au début, mais souvent pour atteindre un pic. Les obligations atteignent un sommet au premier signe de ralentissement de l’économie, puis se redressent fortement (baisse des rendements). La courbe des taux s’inverse souvent. Le marché boursier chute, les actions sensibles aux taux d’intérêt, comme les services publics et les services financiers, étant les plus performantes que le reste.

Récession

Une récession est généralement définie comme deux baisses trimestrielles successives du PIB. Il y a souvent un recul important des stocks et parfois une forte baisse des investissements des entreprises. Les dépenses de consommation pour les articles de grande valeur comme les voitures diminuent habituellement (bien que la récession américaine de 2001 ait été une exception). Une fois la récession confirmée, les banques centrales assouplissent leur politique monétaire, mais seulement avec prudence dans un premier temps. Les récessions durent généralement de six mois à un an. La confiance des consommateurs et des entreprises diminue. Les bénéfices baissent fortement. En cas de récession grave, le système financier peut être mis à rude épreuve par des créances irrécouvrables, ce qui rend les prêteurs extrêmement prudents. Souvent, les récessions sont ponctuées de faillites majeures, d’incidents de fraude découverts ou d’une crise financière. Le chômage peut augmenter rapidement, ce qui exerce une pression à la baisse sur l’inflation.

Effets sur les marchés de capitaux :

Les taux d’intérêt à court terme baissent pendant cette phase, tout comme les rendements des obligations. Le marché boursier commence généralement à monter dans les dernières phases de la récession, bien avant que la reprise ne se manifeste. La description donnée des cycles économiques est stylisée. Chaque cycle est différent en raison d’événements et de tendances spécifiques qui ne s’inscrivent pas dans le cadre du cycle économique stylisé. Les tendances qui ont influé sur le cycle économique des années 1990 à la fin des années 2000 comprennent l’importance croissante de la Chine sur les marchés mondiaux, le vieillissement de la population et la déréglementation des marchés. Des événements tels qu’une crise pétrolière ou financière peuvent brusquement faire passer l’économie à la phase suivante du cycle économique ou intensifier la phase actuelle.

Les Terres rares, un risque de disruption majeur.

Déjà, les terres rares, c’est quoi ?

Les terres rares sont des composantes cruciales dans la fabrication des composants électroniques et très largement utilisés dans le secteur des semi-conducteurs.

Les matériaux que nous appelons terres rares sont composés de 17 éléments : le scandium, yttrium, et 15 lanthanides. Ils sont utilisés pour faire des batteries, des lasers, des LED, des aimants et amplificateurs, des lasers chirurgicaux, des détecteurs, des tablettes, voiture hybride, ampoules, écrans, équipements de chirurgie, lunettes de soudure. Vous l’aurez compris, ils sont nécessaires partout, partout, partout.

source: Gregoire Favet, BFMTV

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, regardez ce long reportage d’Arte sur les terres rares:

Sinon continuez la lecture plus bas

La Chine contrôle 90% de la production mondiale de terres rares :

La chine a le contrôle sur les matériaux les plus critiques pour la supply chain de la filière électronique.

Ils produisent 95% du Gallium dans le monde, composant utilisé dans les amplificateurs que nous trouvons dans tous les casques de musique. Il est également utilisé pour la production d’ampoules LED, les lasers et les stations 5G. La chine contrôle également plus de 80% de la production de Tungsten, utilisée dans les transistors. Ou encore la production de Germanium, dont ils contrôlent plus de 65% de la production, et utilisé dans les radars et les équipements d’optique et optoélectronique.

Une réduction des quotas, ou des restrictions d’exportations :

La domination de la Chine inquiète les occidentaux depuis plusieurs années déjà. De 2006 à 2010, la Chine a réduit ses quotas d’exportation de 5 % à 10 % par an, et la production a été limitée de peur que ses réserves ne s’épuisent d’ici quinze ans. En 2009, la Chine a annoncé vouloir réduire ses quotas d’exportation à 35 000 tonnes (sur une production de 110000 tonnes). Elle a effectivement mis cette menace en application, avec une baisse de 10% en 2011.

Mais après une plainte déposée par l’Union européenne, les États-Unis et le Mexique à la fin de 2009, l’OMC condamne le 7 juillet 2011 la Chine à mettre un terme aux quotas imposés pour les terres rares. La Chine a mis fin au début 2015 aux quotas à l’exportation qu’elle avait imposés sur les terres rares ; ces quotas seront remplacés par un régime de licences qui seront nécessaires aux producteurs chinois pour vendre à l’étranger.

Terres rares dans le monde

Source: http://www.researchgate.net

Au vue de l’importance qu’accorde le gouvernement américain actuel aux règles de l’OMC, pas sûr que l’organisation puisse mettre la pression cette fois sur la Chine, si elle venait à appliquer des quotas à nouveau.

Face à ce risque, le reste du  monde cherche à diversifier ses approvisionnements. La réouverture de la mine sud-africaine est à l’étude. Certains gisements canadiens (Hoidas Lake), vietnamiensaustraliens et russes sont aussi en cours d’évaluation. Et en Suède, un projet significatif est en cours à Norra Kärr.

En 2013, la société australienne Lynas a ouvert une mine en Malaisie. La mine californienne de Mountain Pass a été rouverte après 10 ans de fermeture et après des investissements de 1,25 milliard de dollars. À terme, ces deux sites devraient représenter 25 % de la production mondiale

Quels sont les entreprises les plus exposées :

Conclusion :

Historiquement, les guerres commerciales ont montré qu’elles généraient plus de peine que de bénéfices pour les parties prenantes. Au vu de l’ampleur des pays engagés dans l’affrontement, pas moins que la première et seconde puissance économique mondiale, cette guerre s’annonce être une vrai disruption pour la chaîne logistique mondiale et un casse-tête pour les directeurs d’achats et sales managers des entreprises du monde entier. Elle peut avoir également un impact sur l’inflation, spécialement sur les produits électroniques. Une inflation qui accéléré réduit les marges de manœuvre des banques centrales.

La guerre technologique est ouverte :

La guerre commerciale a son mur de fer : L’électronique

Google coupe ses services sous licence à Huawei. L’annonce a eu l’effet d’une bombe, encore plus que l’événement dont elle est la conséquence à savoir le placement de Huawei sur liste noire américaine.

La décision du gouvernement américain a été tellement dramatique que même ce dernier a décidé de reculer en accordant un sursis de 3 mois à l’entreprise et appelant les dirigeants de Google pour leur signaler qu’ils n’étaient pas obligés d’aller aussi vite.

Petit décryptage du journal LesEchos

Nous avons eu l’occasion de voir le dirigeant de Huawei, Ren Zhengfei s’exprimer, ce qui n’est pas très commun. Sorti défendre son groupe, il a tenu à calmer les parties prenantes sur la viabilité du segment mobiles à la suite de cette annonce, et laissé entendre qu’ils travaillent sur leur propre système d’exploitation. Un plan B a été dévoilé, dans un élan de fierté nationale revigoré. Pour rappel, la directrice financière du groupe, Meng Wanzhou, a été arrêtée au Canada le 1er décembre 2018, à la demande des Etats Unis, soupçonnée d’avoir violé les sanctions américaines contre l’Iran.

Les systèmes Android sont déjà restreints en Chine, certes. Play Store, Youtube et Google search ne sont pas disponibles, et le Cyberspace Administration of China (CAC) impose des règles strictes d‘utilisation et d’enregistrement des données.  Mais en Europe, cette annonce est sûre d’impacter significativement les ventes du groupe. Comment acheter un smartphone avec un système Android restreint, ou un nouveau système inconnu du public (nous connaissons la qualité des premières versions d’OS)?  Le consommateur européen ne s’embêtera certainement pas de ces contraintes, et s’équipera d’un Samsung ou un Apple.

La décision est lourde.

Le mur digital que la Chine a construit autour d’elle depuis ces 20 dernières années est entrain d’être scellé de l’autre côté par Trump. Comme a dit un blogeur américain sur le sujet : « Cela fait 30 ans que la chine affronte les Etats Unis, il fallait bien qu’elle s’attende à ce que les Etats Unis l’affronte un jour ».

Le modèle « Chimerica » se fissure

L’analyse de Deutche Bank montre que les Etats Unis sont entrain de rediriger leur commerce avec la Chine vers le reste du monde/

La guerre commerciale a un front technologique aux conséquences majeures. Huawei n’est pas la première entreprise que les américains ont mis à genoux. Souvenez-vous, ZTE. Les chinois ne resteront pas passifs. Quitte à se tirer dans les pattes, ils ne seront pas seuls à souffrir. Comment répliquer ?

Le président Xi Jinping veut préparer les chinois à un bras de fer avec les Etats Unis, et liste les cartes dont il dispose pour peser sur la balance. Il en appelle aussitôt à la fierté nationale. Mardi (21 mai 2019), il appelle les chinois à une longue marche, faisant référence à la longue marche de l’armée rouge en 34-36. Cette guerre commerciale est une opportunité politique pour le gouvernement chinois. Il est communément admis qu’un adversaire commun réunit la nation, et ces tensions pourraient permettre de préparer les chinois à un atterrissage de l’économie en dessous des 6% de croissance. Même si les dernières mesures, à visée de court terme, utilisent les anciennes ficelles de l’endettement pour stimuler la croissance, ces tensions pourraient également permettre une accélération de la réorientation de la chine vers une économie de la demande.

 « Nous sommes venus ici, au point de départ de la Longue Marche, pour avoir un aperçu de la situation du départ de l’Armée rouge à cette époque. Il y a maintenant une nouvelle Longue Marche et nous devrions prendre un nouveau départ », a déclaré M. Xi dans un parc commémoratif de Ganzhou, dans le comté de Yudu.

M. Xi s’est rendu à JL MAG Rare-Earth Co, une société de haute technologie basée à Ganzhou spécialisée dans la recherche et le développement (R&D) sur les matériaux magnétiques permanents pourvus de terres rares. Oui les terres rares, fallait bien y arriver.

Les Terres rares, un risque de disruption majeur.

Déjà, les terres rares, c’est quoi ?

Les terres rares sont des composantes cruciales dans la fabrication des composants électroniques et très largement utilisés dans le secteur des semi-conducteurs.

Les matériaux que nous appelons terres rares sont composés de 17 éléments : le scandium, yttrium, et 15 lanthanides. Ils sont utilisés pour faire des batteries, des lasers, des LED, des aimants et amplificateurs, des lasers chirurgicaux, des détecteurs, des tablettes, voiture hybride, ampoules, écrans, équipements de chirurgie, lunettes de soudure. Vous l’aurez compris, ils sont nécessaires partout, partout, partout.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, regardez ce long reportage d’Arte sur les terres rares:

Sinon continuez la lecture plus bas

La Chine contrôle 90% de la production mondiale de terres rares :

La chine a le contrôle sur les matériaux les plus critiques pour la supply chain de la filière électronique.

Ils produisent 95% du Gallium dans le monde, composant utilisé dans les amplificateurs que nous trouvons dans tous les casques de musique. Il est également utilisé pour la production d’ampoules LED, les lasers et les stations 5G. La chine contrôle également plus de 80% de la production de Tungsten, utilisée dans les transistors. Ou encore la production de Germanium, dont ils contrôlent plus de 65% de la production, et utilisé dans les radars et les équipements d’optique et optoélectronique.

La chine pourrait réduire les quotas d’exportations :

La domination de la Chine inquiète les occidentaux depuis plusieurs années déjà. De 2006 à 2010, la Chine a réduit ses quotas d’exportation de 5 % à 10 % par an, et la production a été limitée de peur que ses réserves ne s’épuisent d’ici quinze ans. En 2009, la Chine a annoncé vouloir réduire ses quotas d’exportation à 35 000 tonnes (sur une production de 110000 tonnes). Elle a effectivement mis cette menace en application, avec une baisse de 10% en 2011.

Mais après une plainte déposée par l’Union européenne, les États-Unis et le Mexique à la fin de 2009, l’OMC condamne le 7 juillet 2011 la Chine à mettre un terme aux quotas imposés pour les terres rares. La Chine a mis fin au début 2015 aux quotas à l’exportation qu’elle avait imposés sur les terres rares ; ces quotas seront remplacés par un régime de licences qui seront nécessaires aux producteurs chinois pour vendre à l’étranger.

Terres rares dans le monde

source: http://www.researchgate.net

Au vue de l’importance qu’accorde le gouvernement américain actuel aux règles de l’OMC, pas sûr que l’organisation puisse mettre la pression cette fois sur la Chine, si elle venait à appliquer des quotas à nouveau.

Face à ce risque, le reste du  monde cherche à diversifier ses approvisionnements. La réouverture de la mine sud-africaine est à l’étude. Certains gisements canadiens (Hoidas Lake), vietnamiensaustraliens et russes sont aussi en cours d’évaluation.

En 2013, la société australienne Lynas a ouvert une mine en Malaisie. La mine californienne de Mountain Pass a été rouverte après 10 ans de fermeture et après des investissements de 1,25 milliard de dollars. À terme, ces deux sites devraient représenter 25 % de la production mondiale

Quels sont les entreprises les plus exposées :

Conclusion :

Historiquement, les guerres commerciales ont montré qu’elles généraient plus de peine que de bénéfices pour les parties prenantes. Au vu de l’ampleur des pays engagés dans l’affrontement, pas moins que la première et seconde puissance économique mondiale, cette guerre s’annonce être une vrai disruption pour la chaîne logistique mondiale et un casse-tête pour les directeurs d’achats et sales managers des entreprises du monde entier. Elle peut avoir également un impact sur l’inflation, spécialement sur les produits électroniques. Une inflation qui accéléré réduit les marges de manœuvre des banques centrales.