Les Terres rares, un risque de disruption majeur.

Déjà, les terres rares, c’est quoi ?

Les terres rares sont des composantes cruciales dans la fabrication des composants électroniques et très largement utilisés dans le secteur des semi-conducteurs.

Les matériaux que nous appelons terres rares sont composés de 17 éléments : le scandium, yttrium, et 15 lanthanides. Ils sont utilisés pour faire des batteries, des lasers, des LED, des aimants et amplificateurs, des lasers chirurgicaux, des détecteurs, des tablettes, voiture hybride, ampoules, écrans, équipements de chirurgie, lunettes de soudure. Vous l’aurez compris, ils sont nécessaires partout, partout, partout.

source: Gregoire Favet, BFMTV

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, regardez ce long reportage d’Arte sur les terres rares:

Sinon continuez la lecture plus bas

La Chine contrôle 90% de la production mondiale de terres rares :

La chine a le contrôle sur les matériaux les plus critiques pour la supply chain de la filière électronique.

Ils produisent 95% du Gallium dans le monde, composant utilisé dans les amplificateurs que nous trouvons dans tous les casques de musique. Il est également utilisé pour la production d’ampoules LED, les lasers et les stations 5G. La chine contrôle également plus de 80% de la production de Tungsten, utilisée dans les transistors. Ou encore la production de Germanium, dont ils contrôlent plus de 65% de la production, et utilisé dans les radars et les équipements d’optique et optoélectronique.

Une réduction des quotas, ou des restrictions d’exportations :

La domination de la Chine inquiète les occidentaux depuis plusieurs années déjà. De 2006 à 2010, la Chine a réduit ses quotas d’exportation de 5 % à 10 % par an, et la production a été limitée de peur que ses réserves ne s’épuisent d’ici quinze ans. En 2009, la Chine a annoncé vouloir réduire ses quotas d’exportation à 35 000 tonnes (sur une production de 110000 tonnes). Elle a effectivement mis cette menace en application, avec une baisse de 10% en 2011.

Mais après une plainte déposée par l’Union européenne, les États-Unis et le Mexique à la fin de 2009, l’OMC condamne le 7 juillet 2011 la Chine à mettre un terme aux quotas imposés pour les terres rares. La Chine a mis fin au début 2015 aux quotas à l’exportation qu’elle avait imposés sur les terres rares ; ces quotas seront remplacés par un régime de licences qui seront nécessaires aux producteurs chinois pour vendre à l’étranger.

Terres rares dans le monde

Source: http://www.researchgate.net

Au vue de l’importance qu’accorde le gouvernement américain actuel aux règles de l’OMC, pas sûr que l’organisation puisse mettre la pression cette fois sur la Chine, si elle venait à appliquer des quotas à nouveau.

Face à ce risque, le reste du  monde cherche à diversifier ses approvisionnements. La réouverture de la mine sud-africaine est à l’étude. Certains gisements canadiens (Hoidas Lake), vietnamiensaustraliens et russes sont aussi en cours d’évaluation. Et en Suède, un projet significatif est en cours à Norra Kärr.

En 2013, la société australienne Lynas a ouvert une mine en Malaisie. La mine californienne de Mountain Pass a été rouverte après 10 ans de fermeture et après des investissements de 1,25 milliard de dollars. À terme, ces deux sites devraient représenter 25 % de la production mondiale

Quels sont les entreprises les plus exposées :

Conclusion :

Historiquement, les guerres commerciales ont montré qu’elles généraient plus de peine que de bénéfices pour les parties prenantes. Au vu de l’ampleur des pays engagés dans l’affrontement, pas moins que la première et seconde puissance économique mondiale, cette guerre s’annonce être une vrai disruption pour la chaîne logistique mondiale et un casse-tête pour les directeurs d’achats et sales managers des entreprises du monde entier. Elle peut avoir également un impact sur l’inflation, spécialement sur les produits électroniques. Une inflation qui accéléré réduit les marges de manœuvre des banques centrales.

Luckin Coffee: L’IPO génétiquement modifiée

Vendredi 17 Mai, Paris- C’est une réussite ! Luckin Coffee flambe de plus de 50% à Wall Street avant de clôturer à +20% ! L’entreprise a réussi à lever 560 m$, valorisant son capital à plus de 4Mrds$, en faisant le plus gros flottant d’une entreprise chinoise sur le marché américain.

Crée en 2017, Luckin Coffee se présente comme le pionnier d’un nouveau modèle de vente au détail axé sur la technologie. Grace à son application mobile, Luckin dépend énormément sur la vente à emporter et la livraison.

Contrairement à Starbucks, dont les commerces sont des lieux de réunion confortables, Luckin ouvre des petits commerces où on peut se renseigner des dernières promotions et emporter sa commande.

Au pays du Thé, Luckin s’attaque à un marché dont la croissance peut être exceptionnelle. Surtout que la livraison de repas et de courses est très populaire en Chine. Le marché du café est passé de 2.7 à 8.7 Mrds $ en seulement 5 ans! Et la tendance ne semble pas s’essouffler.

Une nouvelle Licorne dans l’univers « New Retail » Chinois.

Depuis quelques années, la montée en puissance des start-ups chinoises est d’une ampleur inégalée, et leur niveau de consommation de cash atteint des niveaux à en faire pâlir la Silicon Valley. Que ce soit l’explosion des offres de mobilité courte, avec des millions de vélos et trottinettes qui envahissent les villes chinoises, ou la livraison des repas et courses qui colorent les rues de Pékin de gilets verts et bleus, couleurs des entreprises dominantes sur ce marché, la chine est devenue une usine à Start-ups, peu importe la viabilité de leur modèle.

D’ailleurs, plusieurs de ces start-up ont soi revu à la baisse leurs ambitions, soit acté l’échec de leur Business model (Vélos et trottinettes partagées).

Avec le ralentissement économique chinois et les tensions avec les USA, les sources de financement pour ces start-ups commencent à se tarir, même si Luckin démontre que le pays est encore capable de surprendre.

Luckin, comme plusieurs autres start-ups chinoises, ressemble à un clone d’un modèle qui fonctionne déjà (Starbucks), et ne suit pas le chemin traditionnel de croissance.

Une IPO génétiquement modifiée.

Luckin n’est pas une entreprise comme les autres. Généralement, en entreprenariat, on commence petit puis on grandit. La croissance est liée à sa réussite commerciale, et l’expansion se fait au rythme des profits et des capacités de financement.

Pas pour Luckin, qui se positionne comme un grand groupe dès sa première année d’existence. En bas âge, Luckin est déjà grand. Soutenu par de grands investisseurs (BlackRock, Centurium Capital, Joy Capital), il se développe à une vitesse fulgurante. En un peu plus d’un an, la société a séduit 17 millions de clients et ouvert près de 2400 commerces dans 28 villes chinoises. En comparaison, Starbucks a 3600 commerces, ouverts sur une période de 20 ans (le premier Starbucks a ouvert en 1999 en Chine).

Pas besoin d’attendre que le business model fasse ses preuves, l’objectif est clair, déloger Starbucks de sa position de leader dans le pays, le plus tôt possible. Les dirigeants y croient, malgré la puissance du modèle de Starbucks, ils citent la dominance de Costa Cafe aux UK et Tim Horton au Canada pour démontrer que le leadership de Starbucks n’est pas une fatalité. A fin 2018, Starbucks détenait 50% du marché du café contre 2% pour Luckin (5% pour Mc Café).

En ligne avec sa vision, Luckin ne vient pas chercher que de l’argent en bourse. Son introduction fait partie de sa stratégie commerciale. Aux côtés de la levée de fonds qui va lui fournir les moyens de son développement, l’entreprise vient également y chercher une notoriété, et une valorisation de la marque, centrale pour Luckin. Et sur ce plan, l’IPO est une réussite totale.

Comment acquérir des clients aussi vite : Les acheter.

Peng aime se rendre vers le Luckin en bas de son bureau pour prendre son shot de caféine. « Luckin n’est pas aussi bon que Starbucks », dit-il, « mais on en a pour son argent », « Le prix est vraiment plus faible ».

En effet, Luckin est aujourd’hui beaucoup moins cher que Starbucks, moitié moins cher.

Si le prix du café à la carte est quelque peu semblable à celui de Starbucks (3.5$ contre 4$), le consommateur paye très rarement le prix affiché. Les promotions à -50% sont quotidiennes. Si vous téléchargez l’application, votre premier café est gratuit. Et si vous parrainez un ami sur l’appli, est bien vous avez le droit à un café gratuit également.

Parmi les promotions actuellement en cours, les consommateurs sont encouragés à acheter 7 articles ou plus par semaine, leur permettant d’intégrer un pool de consommateurs similaires. A la fin de la semaine, chaque membre du pool recevra une réduction pour un total de 5 millions de Renminbi (640 000€). Cela équivaut à un retour de 3.5€ à chaque consommateur. Le programme 10 semaines promet un retour de plus de 6 millions € aux consommateurs. Les chinois adorent ces coupons et promotions.

Ces offres rognent les résultats de l’entreprise. Pour 241 millions $ de Chiffres d’Affaires, elle a publié une perte nette de 475 millions de $.

Le compte de résultat de l’entreprise est assez remarquable. Le chiffre d’affaire ne couvre même pas le coût de production (132% du CA). Les comptes de l’entreprise sont dans le rouge dès la marge brute. Les dépenses administratives représentent 85% du CA. Et il y a deux fois plus de pertes que de chiffres d’affaires. C’est dire si le management va devoir travailler sur tous les fronts (fournisseurs, charges administratives, Marketing etc) pour améliorer ses marges.

Compte de resultat de Luckin Coffee. source: Reuters

Comment va-t-elle gagner de l’argent alors ?

Ces actions promotionnelles sont une forme de Dumping, puisque la société ne réussit même pas à dégager une marge Brute positive. Cette stratégie n’est clairement pas soutenable à terme. Il faut bien que l’entreprise commence à dégager des profits pour ses actionnaires. La stratégie de Luckin est différente de celle de Starbucks. Elle repose énormément sur l’Emporter/livraison ainsi que l’utilisation de son application. Cela dit, le produit Starbucks est également réputé de meilleure qualité et mieux packagé. Que les consommateurs chinois continuent de consommer Luckin une fois les prix revenus au niveau de Starbucks n’est pas clair.

Les tensions commerciales entre les USA et la Chine, et leur impact sur la perception du consommateur chinois peut soutenir Luckin dans son effort face à Starbucks. D’une autre part, la guerre froide Technologique qui s’ouvre entre les deux pays peut représenter un frein pour le développement de luckin. Les dirigeants, eux, affirment qu’ils vont continuer leur effort de promotions de renforcement de la marque, expliquant que l’amélioration des marges viendrait de la baisse des couts, alimenté par l’investissement dans la technologie. Pourquoi pas.

Une chose est sûre, les investisseurs doivent faire preuve de patience sur le pan des couts en raison de la courbe d’expérience du groupe. Malgré sa croissance, il faudra quelques temps avant que la logistique et les frais administratifs ne soient rodées.