Les stratégies Value:

Relative Value :

Les investisseurs qui appliquent une stratégie de valeur relative évaluent les sociétés en comparant leurs multiples de valorisation (par exemple, les ratios P ​​/ E ou P / B) à la valeur moyenne des sociétés du même secteur afin de déterminer les titres offrant une valeur relative à leurs pairs du secteur. Étant donné que différents secteurs sont confrontés à des structures de marché et à des conditions de concurrence et de réglementation différentes, les multiples des secteurs moyens varient. Les investisseurs reconnaissent généralement qu’outre la simple comparaison entre le multiple d’une entreprise et celui du secteur, il faut bien comprendre pourquoi la valorisation est ce qu’elle est. Une prime ou un discount à l’industrie pourrait bien être justifié par les fondamentaux de la société.

Contrarian Investing :

Les investisseurs contrarians achètent et vendent des actions contre le sentiment dominant du marché. Leur stratégie consiste à acheter des actions en baisse aux évaluations qu’elles jugent attrayantes, puis à les revendre plus tard, à la suite de ce qu’ils anticipent comme une reprise du cours de l’action. Les entreprises dans lesquelles les contrarians investissent sont souvent des actions cycliques déprimées avec des bénéfices faibles, voire négatifs, ou des dividendes faibles. Les investisseurs contrarians évoquent souvent les recherches en finance comportementale, suggérant que les investisseurs ont tendance à suivre la foule dans la prise de décisions d’investissement. Un contrarian tente de déterminer si l’évaluation d’une entreprise, d’un secteur ou de tout un marché est irrationnelle, c’est-à-dire qu’elle est sous-évaluée ou surévaluée à tout moment. S’il considère que cette irrationalité représente une mauvaise valorisation exploitable, il prend une position à contre-courant, à l’encontre de la foule.

High Quality Value :

Certaines stratégies basées sur la valorisation accordent une attention particulière à la solidité financière et à la rentabilité démontrée. Par exemple, l’une de ces disciplines d’investissement requiert un historique de croissance bénéficiaire constante, de rendement des capitaux propres supérieur à la moyenne, de solidité financière et de gestion exemplaire. Cette stratégie est portée à son raffinement par l’investisseur Warren Buffett.

Income Investing :

Cette méthode met l’accent sur les actions offrant des rendements en dividendes relativement élevés et des taux de croissance positifs. Plusieurs raisons pour cette approche ont été proposées. Un des arguments est qu’un rendement de dividende élevé et sécurisé tend à placer un plancher sous le cours de l’action dans le cas des sociétés censées maintenir un tel dividende. Des études empiriques démontrent une rentabilité plus élevée des actions présentant ces caractéristiques et leur plus grande capacité à résister aux baisses du marché.

Deep Value :

Un investisseur Deep Value est axé sur la valeur fondamentale et se concentre sur les sociétés dont la valorisation est extrêmement basse par rapport à leurs actifs (par exemple, un faible P / B). Ces entreprises sont souvent en difficulté financière. La raison en est que l’intérêt du marché pour ces titres peut être limité, augmentant ainsi le risque d’inefficacité informationnelle. Le domaine d’expertise particulier de l’investisseur Deep Value peut être la réorganisation ou la législation associée aux entreprises en difficulté, offrant ainsi une meilleure position pour évaluer la probabilité de redressement de la société.

Restructuring and Distressed investing :

Alors que les stratégies d’investissement dans les entreprises en restructuration et en difficulté sont plus couramment observées sur le marché du Junk Bond (dette à haut rendement), certains investisseurs en actions se spécialisent aussi dans cette discipline. Les opportunités d’investissements dans ce segment sont généralement contra-cycliques par rapport à l’ensemble de l’économie ou au cycle d’un secteur particulier. Une économie faible génère une hausse du nombre d’entreprises confrontées à des difficultés financières.

Lorsqu’une entreprise a des difficultés à faire face à ses engagements à court terme, elle propose souvent de restructurer ses obligations financières ou de modifier sa structure de capital. Une entreprise en difficulté qui traverse une restructuration peut toujours avoir des actifs précieux, des canaux de distribution ou des brevets qui en font une cible d’acquisition intéressante. Les investisseurs interviennent souvent juste avant une faillite prévue ou au cours du processus de faillite. L’objectif est de prendre le contrôle ou une influence substantielle sur une entreprise en détresse à un prix très avantageux, puis de la restructurer pour restaurer sa valeur intrinsèque. Un investissement efficace dans une entreprise en difficulté dépend de la compétence et de l’expertise nécessaires pour identifier les entreprises dont la situation est meilleure que le marché ne le croit. Les investisseurs en difficulté supposent que la société survivra ou qu’il restera suffisamment d’actifs lors de la liquidation pour générer un retour sur investissement approprié.

Pour finir, lisez cet article de Benjamin Graham sur l’analyse actions