Les origines néerlandaises de la gestion de placements  

Comme nous avons vu dans l’épisode précedant, il y avait un grand enthousiasme pour l’investissement en actions en Angleterre au début des années 1700, jusqu’à la bulle des mers du Sud.

Le premier fonds de placement largement disponible – où les investisseurs pouvaient acheter des titres dans un portefeuille diversifié de placements – a vu le jour aux Pays-Bas en 1774.

la preuve la plus concrète et la plus claire de la gestion précoce des investissements s’est produite aux Pays-Bas à partir de 1774, il y a plus de 240 ans. La situation économique ne paraissait guère brillante dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. En Grande-Bretagne, lorsqu’un partenaire de la banque Ayr s’est enfui en France pour éviter de rembourser ses dettes, provoquant un effondrement du crédit, la banque declare la banqueroute et la banque néerlandaise Clifford & Co a été entraînée dans cette faillite. Il en résulta une crise qui continua à se propager comme une traînée de poudre en 1772. A cette époque, les pays bas sont devenus les principaux financiers du monde, (photo de john adams et comme c’est souvent le cas, les revers ont conduit au réexamen et à l’innovation. Abraham van Ketwich, agent immobilier et marchand d’Amsterdam, a fondé le premier fonds d’investissement au monde et l’a appelé  » Eendragt Maakt Magt « .

Abraham Van Ketwitch

C’était en fait le premier fonds commun de placement au monde. Le nom signifie « l’unité crée la force ». C’est à la fois une devise de la République néerlandaise et un argument succinct en faveur de la diversification. Évidemment, l’histoire de l’offre d’opportunités d’investissement avec des noms intelligents remonte au moins à cette époque. L’objectif de gestion du fonds était uniquement la diversification. La fiducie a investi dans un portefeuille d’obligations d’État étrangères provenant d’Autriche, du Danemark, d’Allemagne, d’Espagne, de Suède et de Russie, ainsi que dans des hypothèques de plantation des Antilles. Ce véhicule d’investissement plairait aux petits investisseurs qui n’avaient pas la capacité de diversifier leurs placements entre autant d’obligations différentes. Les obligations du portefeuille avaient une valeur nominale de 1 000 florins chacune, mais les investisseurs pouvaient acheter des parts d’Eendragt Maakt Magt pour seulement 500 florins. Le prospectus du fonds précisait les détails concernant la constitution initiale du portefeuille, y compris l’objectif de proportions égales d’investissements dans de nombreuses émissions différentes dans chacune de plusieurs catégories. Ces détails limitaient considérablement la marge de manœuvre dont on disposait pour rajuster les pondérations ou les avoirs du portefeuille, preuve que la raison d’être d’Eendragt Maakt Magt était la diversification et non la gestion active. Le contrôle des risques s’est étendu au-delà de la diversification. Le prospectus précisait également que van Ketwich entreposerait les titres physiques dans son bureau, dans un coffre en fer avec trois serrures fonctionnant différentes, auxquelles les commissaires fiduciaires et le notaire conservaient les clés séparées.

Prospectus d’EENDRAGT MAAKT MAGT

Le fonds a promis de payer un dividende annuel de 4%, avec des ajustements au fil du temps basés sur les revenus réels générés. Le plan consistait à dissoudre la fiducie après 25 ans et à distribuer le produit restant aux investisseurs. Etonnamment, étant donné son objectif de diversification et d’atténuation des risques, Eendragt Maakt Magt a également inclus une composante loterie qui a utilisé une partie du produit de l’investissement pour – par lot – retirer certaines parts avec une prime et augmenter les dividendes sur certaines parts. Selon M. Rouwenhorst, cette caractéristique semblable à celle de la loterie, qui comprenait la faible probabilité d’un rendement beaucoup plus élevé, semblait être conçue pour attirer les petits investisseurs.

Pourquoi le premier fonds commun de placement est-il apparu aux Pays-Bas en 1774 ? Des preuves circonstancielles indiquent une motivation pour l’innovation financière qui se manifeste de nombreuses fois par la suite : une réponse à une crise financière. Dans ce cas-ci, c’était la crise du crédit de 1772. Le crédit s’était développé au cours des années précédentes, ce qui avait conduit à une spéculation accrue. Mais au milieu de l’année 1772, un partenaire d’une banque britannique s’est enfui en France pour éviter de rembourser ses dettes, provoquant un effondrement du crédit. De nombreuses entreprises britanniques ont fait faillite et les banques néerlandaises ont également subi des pertes importantes. Van Ketwich aurait vécu cette crise de près et aurait vu le besoin d’opportunités d’investissement à moindre risque. Il est intéressant de noter que la Compagnie britannique des Indes orientales a eu du mal à rembourser ses dettes envers la Banque d’Angleterre pendant cette période, ce qui l’a amenée à essayer d’obtenir des fonds en vendant son vaste stock de thé aux 13 colonies britanniques d’Amérique. Le Parlement a adopté la Loi sur le thé pour faciliter cet effort, donnant à la Compagnie britannique des Indes orientales un monopole sur le commerce du thé dans les colonies. Cette situation a donné lieu à des protestations, dont celle du Boston Tea Party en 1773. Après le lancement d’Eendragt Maakt Magt, plus de 30 autres fonds ont vu le jour aux Pays-Bas à la fin des années 1700.

Un exemple intéressant est Concordia Res Parvae Crescunt9, le deuxième fonds lancé par van Ketwich et le troisième fonds en général. Conçu pour offrir une diversification, ce fonds a également permis une certaine souplesse dans la gestion du portefeuille. Selon M. Rouwenhorst, le prospectus déclarait que le fonds investirait dans  » des titres solides et ceux qui qui, sur la base d’une baisse de leur prix, pouvaient être achetés en dessous de leur valeur intrinsèque « , ce qui en fait peut-être le premier fonds de valeur au monde.

Prospectus Concordia res parvae crescunt

Eendragt Maakt Magt a racheté ses dernières actions en 1824, 50 ans après sa création. Concordia Res Parvae Crescunt a racheté ses dernières parts en 1894, soit 114 ans après son lancement. Les deux fonds ont commencé avec un plan de dissolution après un certain temps, mais Concordia Res Parvae Crescunt a fini par devenir l’un des fonds les plus durables de tous les temps.

L’évolution de la gestion des investissements en Grande-Bretagne et aux États-Unis

Après les origines néerlandaises de la gestion des investissements, une série d’évolutions assez parallèles s’est produite en Grande-Bretagne et aux États-Unis au cours des années 1800. Tout d’abord, il y a eu une série d’avancées qui ont revitalisé l’investissement public dans les actions des entreprises. Comme nous l’avons vu, il y avait un grand enthousiasme pour l’investissement en actions en Angleterre au début des années 1700, jusqu’à la bulle des mers du Sud. A cette époque, en Angleterre, il existait un nombre important de sociétés anonymes à responsabilité limitée. L’acceptation par le grand public de l’investissement en actions exigeait l’existence de nombreuses sociétés anonymes à responsabilité limitée, et la loi Bubble de 1720 les a pratiquement éliminées. La revitalisation de l’investissement en actions a commencé avec la Loi sur les sociétés par actions de 1844, 124 ans après la Loi Bubble, qui établissait les procédures à suivre pour créer une société par actions (c.-à-d., pour se constituer en société). Avant cette loi du Parlement, la loi Bubble n’autorisait la création d’une société par actions que par une charte royale ou une loi. Par conséquent, de nombreuses entreprises fonctionnaient comme des associations non constituées en société avec un nombre potentiellement élevé de membres associés. Cette situation pourrait être très compliquée. Par exemple, tout litige devait être fait au nom de tous les membres, exigeant toutes leurs signatures. La loi de 1855 sur la responsabilité limitée autorisait alors la responsabilité limitée pour les sociétés anonymes créées par le grand public (c’est-à-dire en vertu de la loi de 1844 sur les sociétés anonymes). Ainsi, en 1855, les sociétés pouvaient facilement s’incorporer et établir des structures à responsabilité limitée. Cela a rendu possible la gestion des investissements en actions, en permettant la création d’un grand nombre de sociétés anonymes à responsabilité limitée. En 1868, le Foreign and Colonial Government Trust est devenu le premier fonds commun de placement britannique. Selon son prospectus, son objectif était de « fournir à l’investisseur de moyens modérés les mêmes avantages que le grand capitaliste en diminuant le risque d’investir… en répartissant l’investissement sur un certain nombre d’actions différentes » (les actions signifiant ce que nous appellerions des obligations).

Il a changé son nom en Foreign and Colonial Investment Trust en 1891 et investi pour la première fois en actions en 1925. Elle existe encore aujourd’hui – la plus ancienne fiducie de placement au monde. Il s’agit d’un fonds à capital fixe négocié à la fois à la Bourse de Londres et à la New Zealand Stock Exchange. Après le lancement de ce premier fonds d’investissement britannique, plusieurs autres fonds ont été créés en Angleterre au cours de la décennie suivante. Les fiducies de placement ont vu le jour aux États-Unis dans les années 1890.

Le premier fonds commun de placement américain à capital variable, le Massachusetts Investors Trust, a vu le jour en 1924. Il a survécu à une chute de 83 % lors de l’écrasement de 1929-1932 et existe encore aujourd’hui.